Hors-Classe 2017

La CAPA Hors-classe s’est réunie le vendredi 9 juin.

921 collègues étaient promouvables pour 64 promotions seulement soit un taux de 6,95%, en baisse constante depuis 2014.

34 collègues au 11ème échelon ont été promus ainsi que 30 au 10ème échelon.

Voici notre déclaration liminaire:

GDE Erreur: Erreur lors de la récupération du fichier - si nécessaire, arrêtez la vérification d'erreurs (404:Not Found)

TEXTE ACTION VOTE AU CONGRES NATIONAL DE BOURGES

Bourges 2017 – Texte Action – Voté

Congrès SNUEP-FSU Bourges 2017

Texte action

Solidarité avec la Guyane en lutte !

Si la Guyane est victime, comme la métropole, des politiques d’austérité et de régression sociale imposées par le quinquennat Hollande, elle souffre d’autant plus du mépris avec lequel les gouvernements successifs ont traité sa population. La Guyane s’enfonce dans une crise économique et sociale profonde alors qu’elle bénéficie de ressources minières et d’une industrie spatiale croissante. 44 % des familles vivent sous le seuil de pauvreté, toute une partie de la population est exclue de l’accès aux soins, 43 % des jeunes quittent l’école sans qualification, 10 000 jeunes ne sont pas scolarisés… Les inégalités sociales sont explosives. Tous les indicateurs socio-économiques sont réunis pour aboutir aux mouvements sociaux massifs engagés par les Guyanais-ses ces derniers jours. Le SNUEP-FSU réaffirme ici son entier soutien et sa solidarité avec les Guyanai-ses pour la justice sociale.

Avec la liquidation du code du travail bâti par près d’un siècle de grèves et de négociations, la mise en place d’une nouvelle législation qui ne vise qu’à précariser et soumettre encore davantage les salarié-es, le gouvernement soutenu par le MEDEF a mis en place une politique ultralibérale répressive. Le SNUEP-FSU continue à demander l’abrogation de la loi Travail et de négocier de nouveaux droits pour les salarié-es.

LE SNUEP-FSU LUTTE CONTRE LE DÉMANTÈLEMENT DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL PUBLIC

Le SNUEP-FSU réuni en congrès constate que les attaques menées contre l’enseignement professionnel public ont perduré sous ce quinquennat. Alors que les moyens alloués à l’enseignement professionnel public continuent à faire cruellement défaut, le gouvernement a délibérément fait le choix de l’apprentissage.

APPRENTISSAGE : COMBATTRE LA RÉGRESSION SOCIALE !

Le SNUEP-FSU dénonce l’instrumentalisation qui est fait du chômage des jeunes pour imposer l’apprentissage, une régression sociale majeure. Le SNUEP-FSU a été à l’initiative de l’Appel collectif pour l’avenir des lycées professionnels, qui nous a permis de mettre en lumière l’entreprise de casse de l’EPP. Le SNUEP-FSU rappelle son opposition à un retour à l’apprentissage dès 14 ans.

Pour amplifier la lutte contre l’apprentissage, le SNUEP-FSU proposera différentes formes d’actions pour informer les citoyen-nes et mobiliser les PLP. Il s’opposera à tous les dispositifs de privatisation et de régionalisation de la voie professionnelle publique sous statut scolaire et à toute remise en cause du statut des enseignant-es. Il condamne fermement les projets de fusion entre LP et CFA et dénonce les politiques régionales allant dans ce sens. L’EPP sous statut scolaire doit être maintenu dans l’Education nationale et le statut des personnels d’enseignement et d’éducation sauvegardé.

Les projets politiques pour l’enseignement professionnel public sont bien loin de répondre à nos revendications. Tout au contraire, à la question des inégalités scolaires ou du chômage des jeunes, ils sont nombreux à répondre par la sortie de l’enseignement pro de l’Éducation nationale et à faire de l’apprentissage la voie principale d’accès à l’enseignement professionnel. Sous prétexte de modernité, certain-es proposent de confier l’enseignement professionnel aux régions, en assignant à ses établissements un nouveau statut.

Le SNUEP-FSU mobilisera toutes ses forces afin de stopper ces projets destructeurs.

Le SNUEP-FSU PORTE AU DEBAT 6 PRIORITÉS ET 28 PROPOSITIONS POUR L’EPP

Avec ses 6 priorités et 28 propositions, le SNUEP-FSU interpelle l’ensemble des candidat-es (à l’exception de l’extrême droite) et continue à mettre dans le débat public l’avenir de l’enseignement professionnel public. Avec l’intersyndicale de l’EPP, il a initié une démarche commune pour dénoncer les menaces portées par les programmes de nombreux candidats aux élections présidentielles. L’intersyndicale interpellera les personnels de l’EPP pour les informer de ces menaces et pour engager les mobilisations futures.

VALORISER L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : UNE EXIGENCE SOCIALE

500 nouvelles formations : où sont les postes ?

La promesse faite par le président Hollande de créer 500 nouvelles formations et 1000 postes pour l’enseignement professionnel public ne sera pas respectée. Tout au mieux, ce sont 240 postes qui seront créés dans les LP au lieu des 1000 annoncés. Quant aux formations, seul un tiers concerne des ouvertures de CAP ou bac pro. Et dans le même temps des sections et filières sont fermées !

La promotion de l’apprentissage et la volonté d’orienter vers la 2nde GT à tout prix menacent l’EPP. Les effectifs sont prévus à la baisse les deux prochaines rentrées scolaires, menaçant ainsi nos établissements et nos postes.

Des moyens pour la 3e PEP

Le dispositif de la 3ème PEP manque toujours de moyens pour une réelle mise en œuvre de la découverte professionnelle. Le SNUEP-FSU proposera à l’intersyndicale de l’EPP de porter la revendication immédiate de 6 h hebdomadaires d’enseignement de DP, imposées par un nouvel arrêté, tout comme un volume complémentaire professeur de 6 h pour permettre le dédoublement des classes.

Tout-es mobilisé-es contre la casse des diplômes

Poursuivant la réforme des diplômes du tertiaire, les recteurs/rectrices entament la fermeture de nombreuses sections de GA. Le SNUEP-FSU s’opposera à la destruction de la filière tertiaire et demande l’arrêt immédiat des fermetures.

Le SNUEP-FSU combat toutes les « rénovations » de diplômes (Bac pro MELEC, CAP Cuisine…) qui ne visent qu’à imposer de nouvelles modalités de certifications, qui les dévalorisent, les déprofessionalisent et dégradent fortement nos conditions de travail.

Le SNUEP-FSU rappelle son exigence d’un retour à des épreuves ponctuelles terminales nationales.

Le SNUEP-FSU s’oppose à l’instauration des blocs de compétences, qui cassent les diplômes et rejettent à l’individu la responsabilité de son « employabilité ».

Pour le SNUEP-FSU, ces attaques sur les diplômes professionnels ne sont pas acceptables. Ainsi, il entend mettre en place une grande campagne de sensibilisation et de mobilisation des collègues.

Favoriser de bonnes conditions d’études des élèves

Valoriser l’enseignement professionnel passe par l’instauration de conditions d’études acceptables. Prioriser les parcours en 4 ans vers le Bac Pro, diminuer les effectifs par classe, alléger la pression certificative par un retour à des épreuves ponctuelles terminales et nationales, développer les internats et attribuer des moyens pérennes à hauteur des besoins sont autant de conditions nécessaires à la réussite des jeunes.

La priorité éducative ne peut s’arrêter à la sortie du collège, sauf à renoncer à toute culture commune. Le SNUEP-FSU exige le classement renouvelé des LP, SEP et EREA en éducation prioritaire en tenant compte des réalités sociales et scolaire et, en se fondant sur des critères nationaux et transparents, sur la base des besoins du terrain.

La dernière réforme du collège a pour conséquence une baisse des moyens alloués aux SEGPA et un appauvrissement des enseignements préprofessionnels. Les EREA, quand ils existent, sont fragilisés par la suppression des professeur-es éducateurs. Les indemnités proposées pour l’enseignement dans l’ASH sont insuffisantes et la nouvelle certification privilégie l’inclusion à l’adaptation. L’inclusion scolaire ne signifie pas intégration simple dans une classe ordinaire. Les élèves relevant de l’ASH ont besoin, au contraire, d’une adaptation des modalités de scolarité et d’enseignement.

Le SNUEP-FSU maintient sa revendication d’abrogation de la réforme du collège et exige le retour des moyens nécessaires aux SEGPA et EREA.

Valoriser les métiers de l’enseignement professionnel

La bataille du recrutement encore et toujours d’actualité

Alors que l’enseignement professionnel public est confronté à une crise de recrutement, les postes mis au concours demeurent insuffisants et le plan Sauvadet n’a pas permis de titulariser massivement les non-titulaires, lesquel-les demeurent condamné-es à la précarité. En 2017, sur 785 postes ouverts à l’examen réservé, 351 n’ont pas été pourvus !

C’est pourquoi le SNUEP-FSU continue à se battre pour un plan de titularisations massives des non-titulaires. Il exige la mise en place d’une politique de pré-recrutements attractifs et une forte revalorisation des salaires pour réellement mettre un terme à la crise de recrutement !

Nécessaire revalorisation salariale

Rendre les métiers de l’enseignement attractifs ne pourra se faire sans une politique volontariste de revalorisation salariale. Après 6 ans de gel du point d’indice, le quinquennat Hollande ne nous aura concédé qu’un dégel infime et tardif. Alors que la revalorisation salariale était et demeure une mesure urgente, l’échéancier s’étale de 2017 à 2020 et ne permettra pas de rattraper la perte du pouvoir d’achat enregistré depuis les années 80. C’est pourquoi le SNUEP-FSU continuera à porter des revendications fortes à même de répondre aux attentes des personnels. Le SNUEP-FSU demande l’indexation de la valeur du point d’indice sur les prix et l’attribution de 60 points additionnels. Le SNUEP-FSU revendique une augmentation du point d’indice d’entrée dans le métier et l’accès de tou-tes à l’indice terminal du corps ou du cadre d’emplois à la fin d’une carrière complète.

Le SNUEP-FU continuera à porter son ambition de revalorisation du corps des PLP notamment en poursuivant son action demandant que tou-tes les PLP puissent bénéficier de la pondération au même titre que les enseignant-es de la voie générale et technologique.

LUTTER CONTRE LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL

Les conditions de travail des enseignants se sont considérablement dégradées. Les contre-réformes successives, les injonctions contradictoires et l’utilisation des nouvelles technologies engendrent stress et mal-être au travail. Un grand nombre d’enseignant-es se retrouvent en difficulté à cause de réformes pédagogiques imposées. Parallèlement les personnels soumis à un nouveau management public voient leur quotidien de travail et leur rapport à celui-ci profondément affecté. Les personnels confrontés à ces méthodes managériales ne peuvent que craindre les nouvelles modalités d’évaluations. Le SNUEP-FSU devra entreprendre un travail de fond pour définir ce que devrait être une inspection. L’évaluation doit contribuer à l’amélioration du service public d’éducation par l’amélioration de la qualité du travail des personnels, au service de la réussite de tous les élèves. En aucun cas, elle ne doit constituer un outil de sélection des personnels. Le SNUEP-FSU continuera à porter sa volonté de voir l’évaluation déconnectée de l’évolution de la carrière et à demander un avancement identique pour tou-tes.

Les personnels doivent faire face à des situations dépassant des problématiques purement scolaires. L’enseignement professionnel accueillant une grande partie des élèves socialement défavorisés est particulièrement touché par les dégradations de conditions de vie des familles. Il faut renforcer les équipes pluriprofessionnelles pour permettre la prise en charge de ces jeunes et résoudre leurs difficultés. Le SNUEP-FSU doit s’engager et lancer une grande campagne pour faire connaître la dégradation des conditions de travail des personnels, les risques psycho-sociaux liés à l’exercice de leur métier. Le SNUEP-FSU continue de revendiquer l’accès à une véritable médecine de prévention pour tous les personnels.

EN AVANT VERS LES ELECTIONS PROFESSIONNELLES

Les nouvelles règles de constitution des listes de candidat-es imposent la parité sur les listes PLP (49,5 % de femmes). Le SNUEP-FSU l’acte positivement.

Progresser encore pour devenir la première force syndicale de l’EPP reste l’objectif du SNUEP-FSU. Dès maintenant, le SNUEP-FSU s’adressera régulièrement aux personnels pour débattre et convaincre de la pertinence de nos propositions pour améliorer les conditions de travail et pour un enseignement professionnel public ambitieux.

DÉFENDRE ET LUTTER POUR LE RENFORCEMENT DES SERVICES PUBLICS

Dans cette période électorale, la France n’est évidemment pas épargnée par cette banalisation réussie des partis qui vont de la droite extrême à l’extrême droite. Il est donc de notre responsabilité, en tant que syndicat, de combattre pied à pied les idées destructrices et liberticides portées par ces partis. Leurs programmes constituent des attaques sans précédent contre le modèle social et les valeurs sociales et démocratiques que nous défendons ! Les menaces envers le syndicalisme et la démocratie sont explicites.

La lutte contre le chômage, les questions d’égalité sur les salaires, à l’école, la santé … sont évacuées ou simplement traitées sous l’angle de discours d’intentions incantatoires. Le SNUEP-FSU prend ses responsabilités et appelle à voter et faire voter pour défendre les valeurs qu’il porte, à l’opposé de ceux de l’extrême droite. Il s’adressera rapidement aux personnels de l’enseignement professionnel pour dénoncer l’ensemble des menaces portées par le programme de la candidate de l’extrême droite.

Dans ce contexte, les droits des femmes sont remis en cause. Le SNUEP-FSU soutient l’appel à la construction d’une mobilisation européenne autour du 28 septembre 2017, journée internationale du droit à l’avortement, où chaque pays inscrira ses revendications en vue d’une harmonisation européenne pour le respect des droits des femmes.

La Fonction publique est au cœur de l’actuelle campagne présidentielle De nombreuses attaques contre les statuts sont à craindre et menacent leur existence.

Avec la FSU, le SNUEP s’engage à défendre la Fonction Publique, les services publics et ses agent-es.

Il rappelle la nécessité pour les fonctionnaires de conserver un statut particulier leur permettant de défendre l’intérêt général et de garantir une égalité de traitement de tous les citoyens, quels que soient les forces politiques au pouvoir.

La recherche de l’unité syndicale pour les rassemblements et manifestations du 1er mai est primordiale et nécessaire pour construire les luttes futures. Le SNUEP, au sein de la FSU, soutiendra la construction d’un front syndical unitaire lors des manifestations du 1er mai.

Le SNUEP-FSU soutient la mobilisation citoyenne du 22 avril « pour un premier tour social ».

Le SNUEP-FSU appelle d’ores et déjà à renforcer un travail intersyndical le plus large, au plan national comme académique, afin de se préparer à combattre toute attaque qui serait portée contre la FP et ses statuts.

CONGRES NATIONAL 2017 BOURGES

Le Congrès national du SNUEP  se déroulait du 27 au 31 mars dans les locaux du CREPS de Bourges.

Les représentants de toutes les académies se sont donc retrouvés pour travailler sur les mandats du syndicat et réfléchir aux évolutions que nous souhaitons. Plusieurs invités étaient également présents dont Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU

L’académie de Rouen était représentée par Muriel Billaux, Jérôme Dubois et Hassouna Thabet.

Ce fut une semaine dense, riche en débats et rencontres.

Groupe de travail CPE du 9 mars 2017

Chers collègues,

Aujourd’hui s’est tenu un GT sur deux aspects: le premier portant sur la proposition d’un barème des emplois de CPE. Le document nous a été communiqué la veille faisant état de plusieurs critères, à savoir:
– la part fixe de 0,5 EDT de CPE au titre de l’internat
– la part variable portant sur le type d’établissement, les élèves  par  régime, les affiliations Rep, Rep+, les catégories socio-professionnelles des familles.
La FSU a rappelé son mandat, 1 CPE pour 250 élèves.
Ensuite il a été  examiné la distribution de 13 postes , donnés  a l’académie. 6 postes sont attendus en qualité de TZR et 7 postes en établissement: la repartition proposée par les  services du rectorat sera examinée  lors du CTA du 24 mars prochain.
La FSU ( élus snes/ snuep) a fait part de remarques diverses. Les barèmes d’attribution ne sont pas exhaustifs et omettent de nombreux paramètres ( encadrement réel, présence des personnels santé/social, accueil du 1er degré en demi pensions….). De nombreux établissements sont encore sous dotés si l’on s’en refère au barème.
Les membres du CTA seront vigilants quant à l’examen des emplois de CPE, de même vos commissaires paritaires du snes/snuep/fsu lors des mutations intraacadémiques.

Congrès Académique 2017

Le Congrès Académique du SNUEP-FSU de Rouen s’est tenu les 16 et 17 janvier 2017 à la salle festive de St Etienne-du-Rouvray.

Une quinzaine de personnes se sont retrouvées pour travailler et voter sur les 4 thèmes qui seront présentés lors du Congrès National de Bourges qui aura lieu du 27 au 31 mars.

Nous avons accueilli avec plaisir une secrétaire nationale: Françoise Lours qui a ainsi pu voir le fonctionnement de notre académie.

Les nouveaux Conseil Syndical Académique, Bureau Académique et Secrétariat Académique ont été élus lors de ces 2 jours, ainsi que la délégation qui se rendra à Bourges.

Secrétariat académique: Bruno Bellenger (PLP Compta-Bureautique), Muriel Billaux (PLP Lettres-Anglais), Agnès Bonvalet (PLP Maths-sciences), Jérôme Dubois (PLP MSMA), Natacha Pasquier (CPE)

Bureau Académique: Isabelle Ackermann (PLP Lettres-Anglais), Bruno Bellenger (PLP Compta-Bureautique), Bernard Berger (PLP Maths-sciences), Muriel Billaux (PLP Lettres-Anglais), Agnès Bonvalet (PLP Maths-sciences), Olivier Bouquerel (PLP Lettres-Histoire), Nathalie Delacour (PLP Lettres-Espagnol), Jérôme Dubois (PLP MSMA), Franck Feras (PLP Maths-sciences), Myriam Lambert (CPE), Thierry Monnaye (PLP Maths-sciences), Natacha Pasquier (CPE), Dominique Plantier (PLP documentation), Hassouna Thabet (PLP Lettres-Anglais)

Conseil syndical académique: Isabelle Ackermann (PLP Lettres-Anglais), Bruno Bellenger (PLP Compta-Bureautique), Bernard Berger (PLP Maths-sciences), Muriel Billaux (PLP Lettres-Anglais), Agnès Bonvalet (PLP Maths-sciences), Olivier Bouquerel (PLP Lettres-Histoire), Catherine Brennetuit (PLP Compta-Bureautique), Jean-Louis Cliville (PLP Arts appliqués), Nathalie Delacour (PLP Lettres-Espagnol), Jérôme Dubois (PLP MSMA), Franck Feras (PLP Maths-sciences), Myriam Lambert (CPE), Franck Leclerc (PLP hotellerie techniques culinaires), Stéphane Letourneur (PLP Lettres-Histoire), Philippe Mayeur (PLP GISM), Thierry Monnaye (PLP Maths-sciences), Natacha Pasquier (CPE), Dominique Plantier (PLP documentation), Estelle Pouilly (PLP Lettres-Histoire), Hassouna Thabet (PLP Lettres-Anglais), Sonia Yazid (PLP Lettres-Histoire)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Académie de Rouen