Déclaration CTA du 4 Juin 2019

Déclaration commune au CTA du 4 juin 2019 SNUEP-FSU / CGT /SNEETA-FO

A l’ordre du jour de ce CTA, il nous est proposé d’examiner le projet du Rectorat de réorganisation de la filière GA dans notre académie.
Monsieur Blanquer a annoncé, en mai 2018 dernier, sa volonté de diminuer par 2 le nombre de sections GA (Gestion-Administration). Ce Bac Pro, créé en 2012, émanant de la fusion des Bacs Pros Comptabilité et Secrétariat, est dans le collimateur de M. le Ministre qui le juge peu attractif pour les entreprises au prétexte que les élèves seraient moins qualifiés, moins professionnels. La filière GA pèse lourd. Avec 70 000 élèves et 4 136 enseignants, elle est numériquement la plus importante de l’enseignement professionnel.

Après l’annonce de la fermeture de 5 classes de GA dans le public pour la rentrée 2019 au CTA de janvier 2019 – ce qui représente une réduction des capacités d’accueil de 158 places « compensées » par la seule augmentation de 15 places de la capacité du Bac Pro ASSP à Vernon – nous découvrons la nouvelle carte cible pour la rentrée de 2020 qui prévoit la fermeture de 9 nouvelles classes de GA dans l’académie !
C’est une attaque sans précédent contre l’enseignement professionnel public et laïque, contre la formation qualifiante et diplômante dans les lycées professionnels publics dits « du tertiaire », contre le service public de façon générale.

Ces fermetures de classes représentent encore 268 places en formation diplômante et qualifiante fermées à un public pour l’essentiel fragilisé et féminin.
Sur les rentrées scolaires 2019 et 2020, notre académie passerait de 27 classes de GA à seulement 12 classes, soit la perte de 15 classes dans nos établissements, sans compensation par de nouvelles ouvertures malgré les promesses du Ministre !
L’effectif de 778 élèves en GA à la rentrée de septembre 2018 passerait à 368 élèves à la rentrée de septembre 2020, soit une perte de 410 places en 2 ans ! Cela signifierait 410 élèves sans offre de formation professionnelle et qualifiante leur permettant une insertion dans la vie active ou une poursuite d’études dans ce domaine.
Seules 3 propositions d’ouvertures sont envisagées, soit l’équivalent de 90 places en lycée professionnel.
La rénovation de la voie professionnelle passe donc par son dépeçage et cela commence par le Bac Pro GA !
Cette fusion des Bac Pro Comptabilité et Secrétariat, ne préfigurait-elle pas l’expérimentation grandeur réelle de la déprofessionnalisation de nos formations et des diplômes avant la généralisation à l’ensemble des formations regroupées en familles des métiers. On pense évidemment, dans l’immédiat, à la fusion des Bac Pro Vente et Commerce.
Plus généralement, ce démantèlement de la filière GA est à mettre en cohérence avec Parcoursup qui restreint les possibilités de poursuite d’études pour les bacheliers professionnels.
Alors quid des enseignant en GA aussi bien en enseignement professionnel qu’en enseignement général ? Ce démantèlement de la filière plonge des centaines collègues dans l’angoisse et l’incertitude.
Dans notre académie, 30 à 40 collègues seraient impactés par des reconversions forcées ou des départs facilités comme le prévoit la loi de transformation de la fonction publique pourtant rejetée par l’ensemble des organisations syndicales.

A l’heure du procès de l’entreprise Orange, Monsieur le Ministre et par son intermédiaire le Rectorat de Rouen, va appliquer le même type de management concernant cette filière. La maltraitance envers les collègues, obligés à une mobilité géographique et/ou fonctionnelle, comme pour des centaines d’élèves se retrouvant sans formation GA proche de chez eux (comme à Neufchâtel), est inadmissible et doit cesser.
Pourtant, interpelée sur la question, la DGESCO a clairement précisé qu’il n’y aurait aucune fermeture de Bac Pro GA dès lors que ces derniers font le plein des effectifs, ce qui est le cas dans notre académie (seules 55 places vacantes).

En outre, le Ministre Blanquer annonçait l’ouverture de nouvelles formations pour compenser les fermetures de GA, sauf qu’aucune ouverture ne nous est présentée.
C’est pourquoi nous demandons solennellement à Madame le Recteur d’annuler ces projets de fermetures pour la rentrée 2019 dès lors qu’aucune proposition sérieuse, tant pour les jeunes et les familles de l’académie, tant pour les collègues des établissements ciblés, nous ait été présentée.
L’intersyndicale demande une audience en urgence à Madame le Recteur.

Vœu proposé : vote : pour 8 (FSU/FO/CGT) NPPV 2 (UNSA)
Les membres du CTA demandent la saisie du CHSCT académique pour étudier la réorganisation de la filière GA et ses impacts sur les personnels après l’annonce des 15 fermetures de classes.