Pourquoi signer pour un referendum sur la privatisation d’ADP?

Le SNUEP-FSU s’inquiète de la suppression programmée de l’ensemble des services publics qui se poursuit par la vente prévue d’ADP.
La privatisation d’ADP (aujourd’hui l’Etat est actionnaire à hauteur de 50,6%) a été votée par la loi Pacte au printemps 2019. Outre ADP, elle prévoit aussi la vente de ENGIE et de la Française des Jeux. Ils rapportent à eux trois 800 millions d’euros par an à l’Etat.
C’est une triple aberration. Au niveau politique, le gouvernement français acte la privatisation de la gestion de la frontière, compétence régalienne de l’état. Au niveau économique, l’état se prive d’un secteur particulièrement rentable pour l’offrir au monde de l’entreprise et répondre aux demandes du patronat qui semblent dicter la politique à mener du gouvernement. Enfin, au niveau écologique, la privatisation va renforcer un lobby aérien en quête de toujours plus de profit  qui fera pression pour lutter contre toutes les tentatives de mise en place de taxe écologistes, notamment sur le kérosène.
Le gouvernement poursuit sa politique irresponsable à tous les niveaux et il est impératif pour les citoyen-nes français-es  de leur couper l’herbe sous le pied en initiant ce referendum. Il faut à tous prix s’emparer collectivement de ce sujet. Vous avez jusqu’à mars 2020 pour remplir le formulaire, en ligne ou par CERFA à l’aide de votre carte nationale d’identité.

Signez vite! https://www.referendum.interieur.gouv.fr/

Victoire du SNUEP-FSU au CHSCT Ministériel

Le 5 Septembre, le SNUEP-FSU a alerté le CHSCTM sur les risques psycho sociaux que va engendrer la Réforme de la voie professionnelle. Cette alerte a été entendue: le CHSCTM acte que cette réforme va dégrader les conditions de travail des personnels et impacter leur santé physique, mentale et sociale.

Le Ministre a désormais 2 mois pour répondre au vote ci-dessous, que seule la FSU a soutenu:

« Suite à l’exposé sur les risques psycho-sociaux engendrés par la réforme dite transformation de la voie professionnelle et par ses dispositifs, le CHSCTM demande l’abandon de cette réforme et la mise en place de véritables concertations pour tenir compte de l’expertise des enseignants et des organisations représentatives des personnels afin d’envisager des mesures qui amélioreront réellement les conditions de travail des personnels et les conditions d’études des élèves dans la voie professionnelle. »

Cette décision conforte le message porté par le SNUEP-FSU depuis la mise en place de cette réforme quant à son impact négatif et la nécessité de la combattre.