Tableau des DHG

Les prévisions d’effectifs et les DHG en découlant sont bien en deçà des besoins dans les établissements. Le rectorat de Rouen prévoit en effet une baisse d’effectifs dans les LP de 310 élèves. Or d’après le tableau fourni au comité technique, il a été prévu pour calculer les DHG des établissements une baisse de 1161 élèves par rapport à la rentrée 2018 !

GDE Erreur: Erreur lors de la récupération du fichier - si nécessaire, arrêtez la vérification d'erreurs (404:Not Found)

Déclaration CAPA d’installation du 8 janvier

Déclaration du SNUEP-FSU

CAPA du 8 janvier 2019

Mesdames, Messieurs,

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour l’installation de la CAPA pour la prochaine mandature. Or celle-ci s’annonce difficile pour les personnels et nos futurs élèves.

Tout d’abord, la réforme de la voie professionnelle inquiète notre syndicat et les personnels. En effet elle supprime encore une année de formation professionnelle pour les élèves, après la réforme du bac pro 3 ans, diminue drastiquement les heures d’enseignement général et impose des heures de co-enseignement à certains. Rappelons que cela a déjà existé sous la forme des PPCP (projets professionnels à caractère pluridisciplinaires) qui ont été abandonnés car n’apportaient rien de plus à la formation ni aux élèves. Le faux prétexte d’aligner les horaires des lycéens professionnels avec ceux des lycées de la voie générale et technologique n’est encore qu’une communication de la part du Ministère. En effet, les autres lycéens, n’ayant pas de PFMP, bénéficieront de plus d’heures d’enseignement général. Comment, dans ces conditions, préparer des lycéens arrivant en LP avec de grosses lacunes et de la démotivation, face à l’école, vers le BTS ? Que vont donner les DHG ? Combien de postes seront supprimés à cause de cette réforme ?

Nous ne nous leurrons pas en disant que cette réforme ne poursuit qu’un but: celui de supprimer des postes !

Il en va de même en ce qui concerne la fusion des bac pro vente et commerce. Qui dit un seul diplôme dit fermetures de sections ! De plus, le Ministère veut-il faire un bac pro GA bis ? Les syndicats avaient mis en garde l’ensemble de la communauté éducative lors de la mise en place. Ils n’ont pas été écoutés et l’on en voit aujourd’hui les conséquences avec un nombre de fermetures conséquent aujourd’hui. Combien de postes vont être supprimés avec les fermetures annoncées pour la rentrée ?

Dans le même temps, le nombre de postes proposés aux concours diminue de façon inquiétante alors qu’aujourd’hui nous manquons déjà de remplaçants. Mais par un coup de baguette magique notre Ministre propose que les profs fassent 2 heures supplémentaires obligatoires à la fois pour compenser ces manques mais également pour répondre aux demandes répétées des syndicats et des collègues d’une revalorisation salariale. Prendon les professeurs pour des imbéciles ? Le métier, selon différentes études, est de plus en plus difficile et les conditions de travail se détériorent. Les PLP attendent une vraie reconnaissance et non des effets de manche. Nous refusons que le ministère cherche à faire des économies en sacrifiant nos conditions de travail.

Sur un autre registre, parlons de la soi-disant loi de confiance. Pour le SNUEP-FSU, le ministre tente, par cette loi, d’assujettir la profession et d’éviter toute forme de critique, au risque, pour les enseignants, de perdre leur emploi !

Le SNUEP-FSU s’insurge de cette démarche et rappelle au ministre que la confiance ne peut passer par autre chose que par le dialogue et l’écoute, ce qu’il se refuse à faire actuellement avec les personnels et les jeunes mobilisés contre ses réformes néfastes. Avec son projet de loi, le ministre prépare une école de la défiance, de la concurrence et du contrôle.

Il y a déjà des problèmes de répression, de chantage de la part des personnels de direction ou des inspecteurs. Que se passera-t-il alors lorsque cette loi entrera en vigueur ?

Oui cette CAPA s’ouvre sous de tristes auspices pour l’avenir de l’enseignement professionnel sous statut scolaire, pour les élèves actuels et futurs et pour tous les PLP et le SNUEP-FSU ne manquera pas de combattre ces réformes injustes et qui seront sources de mal-être pour les collègues.

Sur un autre registre, la période d’étude des mutations inter-académiques s’ouvre et le SNUEP-FSU souhaiterait que le rectorat lui fasse parvenir la liste d’aptitude des DDFPT ainsi que la remontée des postes demandés auprès du Ministère par l’académie comme cela se fait dans d’autres académies.